Équilibre alimentaire et hydratation, intervention chez Keep Cool à Rousset

Dernière mise à jour : 22 sept. 2020

Plus qu’une tendance sociétale, la culture de la santé s’ancre aujourd’hui profondément dans les mœurs.


Une bonne alimentation et une activité physique régulière sont au cœur des résolutions pour la plupart des individus de tous les sexes et de tous les âges.


Le Baromètre national des pratiques sportives 2018 décrit cette tendance qui vise à accentuer les séances d’exercices physiques de manière régulière tout au long de l’année.

Le développement des salles de sport constitue également une preuve de l’engagement des utilisateurs et parmi les plus célèbres Keep Cool figure sur le podium.


C’est la sympathique équipe de Keep Cool Rousset qui m’a proposé d’effectuer une présentation en leurs locaux afin d’aborder le sujet de l’équilibre alimentaire.


Je remercie donc Cécile, Julie et Rami pour leur accueil ainsi que les adhérents de la salle qui ont su donner à l’événement une interactivité au top !


La présentation a duré une ½ heure et afin que les personnes intéressées puissent retrouver les informations abordées et pourquoi pas, les approfondir, voici les sujets évoqués concernant l’équilibre alimentaire.


Équilibre alimentaire, définition de la population étudiée


Avant toute chose et pour éviter le traitement de cas particulier, voici la population concernée par ma présentation de l’équilibre alimentaire :


  • Personne adulte,

  • Activité physique modérée (1 heure maximum dans une journée)

  • Aucune pathologie (maladie)


Idée reçue : nous parlons d’adulte bien portant dans le cadre d’un individu adulte qui ne présente aucune pathologie (maladie). Le fait d’être bien portant est donc l’opposé de l’image d’une personne légèrement enrobée comme vous pouvez l’entendre parfois !


Un point sur l’équilibre alimentaire


Les aspects physiologiques


J’enfonce des portes ouvertes en affirmant que le métabolisme de la femme et de l’homme est différent. Pourtant, dans le cadre de l’équilibre alimentaire, il est important de le préciser.


En effet, la consommation d’énergie chez l’homme en situation de repos est 20 à 25 % plus élevée que chez la femme.


Ainsi, il existe une injustice naturelle qui fait que l’homme brûle plus d’énergie que la femme. Ceci implique le fait que la perte de poids chez ce dernier est plus facile !


Pour prendre un exemple, un homme de 1,70 m qui pèse 70 kg aura une dépense énergétique de 1600 kcal par jour alors que pour une femme de même corpulence, la dépense au repos sera de 1400 kcal !


Et dans le cadre de la pratique d’une activité physique moyenne/modérée, un homme de 1,70 m qui affiche 70 kg dépensera en moyenne 2600 kcal tandis qu’une femme avec les mêmes mensurations, c’est 2300 kcal qui seront consommées !


Le métabolisme chez l’homme lui permet de déstocker plus facilement tandis que la femme emmagasinera plus naturellement les graisses.


Masse musculaire


Les hommes ont plus de muscles que les femmes :

  • Chez l’homme, les muscles représentent en moyenne 45 % du poids total,

  • Chez les femmes, la masse musculaire constitue en moyenne 36 % du poids total.

Mais comment s’explique cette différence ?


Globalement, l’écart se creuse au moment de la puberté et plus précisément avec les sécrétions hormonales.


L’avantage musculaire des hommes est lié à la quantité de sécrétion de testostérone.

Attention, cela ne signifie pas que les femmes en sont dépourvues, mais les quantités ne sont pas comparables :